4 octobre 2021

Àl’occasion du traitement de dossiers de contrôle de qualité concernant des réviseurs d’entreprises qui contrôlent des entités d’intérêt public (EIP), le Collège de supervision des réviseurs d'entreprises a adopté une position relative aux modalités d’approbation préalable de la fourniture de services non-audit qui ne sont pas interdits, y compris de services d’évaluation et fiscaux autorisés.

Le Collège souhaite ainsi s’aligner sur les positions prises par des autorités de supervision étrangères.

Vous pouvez télécharger l'opinion ici.

 

Peut également vous intéresser

Rapport annuel 2022 du CSR : défis pour 2023

Lieven Acke, réviseur d'entreprises

Rapport annuel 2022 du Collège de supervision des réviseurs d'entreprises

Aperçu des obligations administratives des réviseurs d’entreprises à l’égard de l’IRE et du CSR concernant la contribution aux frais de fonctionnement de l’IRE

Christophe D'hondt, chef de service IT & Comptabilité de l'IRE